Macron et MBS

【悟空解密】普京警告马卡龙“多思而行” Poutine met Macron en garde

“中美贸易战” 却早已被战云掩盖

在叙利亚,美欧重演“化武”‘【阿拉伯恐怖分子】“连续剧”(BBC记者通过照片揭露它),以便用其为借口对叙利亚进行“毁灭性”轰炸

俄罗斯表示,这将被视为“对俄罗斯开战”。俄罗斯电视台播放“全民储粮”通知视频

8号在接待沙特阿拉伯王储时,马卡龙可不是很威风(照片,上)。领到“主人”鼓励了?他周三(以及之前)公开称【他有叙利亚政府使用化武的证据】,并将给予“惩罚”(空袭)

13号,俄罗斯总统普京电话马卡龙,警告他“注意不可收拾的后果”,多思而后行

13号,俄罗斯外长 拉夫罗夫 指出“叙利亚化武事件,是由某【反俄罗斯西方国家特工】一手编演的。俄罗斯国防部发言人则直接指出是【英国】干的

英国政府开始“后退”,美国称“没有谁使用化武的证据”,德国决定不参与“空袭” 。。。

后面是法语文章

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde vendredi son homologue français Emmanuel Macron contre tout “acte irréfléchi et dangereux” en Syrie, qui pourrait avoir des “conséquences imprévisibles”, après des menaces de riposte militaire des Occidentaux à une attaque chimique présumée.

“Il est essentiel d’éviter toute action irréfléchie et dangereuse qui serait une violation flagrante de la Charte des Nations unies et qui aurait des conséquences imprévisibles”, a déclaré le Kremlin dans un communiqué à la suite d’un entretien téléphonique entre les deux chefs d’Etat

注:信息仅供参考,不代表我们赞成或反对

上面“配音”是德国著名作曲家的作品,英国皇家音乐厅音乐会现场。它属于世界上古典音乐【最雄伟】的乐章之一,1979年发行的 世界著名的(反美国越南战争)影片 Apocalypse Now 用它做插曲。它属于经典的经典 🙂

Poutine met Macron en garde contre tout “acte irréfléchi et dangereux”

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde vendredi son homologue français Emmanuel Macron contre tout “acte irréfléchi et dangereux” en Syrie, qui pourrait avoir des “conséquences imprévisibles”, après des menaces de riposte militaire des Occidentaux à une attaque chimique présumée.

“Il est essentiel d’éviter toute action irréfléchie et dangereuse qui serait une violation flagrante de la Charte des Nations unies et qui aurait des conséquences imprévisibles”, a déclaré le Kremlin dans un communiqué à la suite d’un entretien téléphonique entre les deux chefs d’Etat.

“Vladimir Poutine a mis l’accent sur la nécessité de mener une enquête poussée et objective jusqu’à la conclusion de laquelle il serait judicieux de s’abstenir de toute accusation à l’encontre de qui que ce soit”, a poursuivi le Kremlin.

Cet appel intervient à un moment où les Occidentaux semblent hésiter à frapper des installations militaires en Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad, qu’ils tiennent pour responsable de l’attaque chimique présumée à Douma. La Russie, qui dément toute attaque chimique et parle à cet égard de “mise en scène” des rebelles, n’a de cesse de dénoncer un “prétexte” utilisé pour déclencher une opération militaire contre son allié.

Réunion vendredi de l’ONU

Les Occidentaux continuaient vendredi d’étudier leurs options militaires pour punir le régime syrien qu’ils accusent d’avoir perpétré l’attaque chimique présumée de Douma, soucieux d’éviter une escalade avec la Russie, alliée de Bachar al-Assad. Le Conseil de sécurité des nations unies devait de nouveau se réunir vendredi, à la demande de Moscou. Le président américain Donald Trump n’avait pas encore pris de “décision finale” jeudi quant au déclenchement de frappes pour punir Damas, selon sa porte-parole.

“La priorité est d’éviter le danger d’une guerre” entre les Etats-Unis et la Russie, a affirmé jeudi l’ambassadeur russe à l’ONU, Vassily Nebenzia. Moscou, allié du président Bachar al-Assad, maintient des troupes en Syrie. “Nous cherchons à arrêter le massacre d’innocents”, a de son côté expliqué jeudi le ministre américain de la Défense Jim Mattis, en évoquant devant le Congrès la perspective de frappes imminentes de la part des Américains, des Français et peut-être des Britanniques.

Toutefois, “sur un plan stratégique, la question est de savoir comment nous évitons une escalade hors de contrôle, si vous voyez ce que je veux dire”, a-t-il ajouté, laissant transparaître des réticences à frapper le régime de Damas, que Donald Trump tient responsable de l’attaque chimique de Douma qui a fait une quarantaine de morts samedi, selon des ONG locales.

D’autant que la Russie ne reste pas les bras croisés, dans un contexte de relations tendues avec l’Occident par l’affaire de l’ex-espion Sergueï Skripal empoisonné en Angleterre. “Nous disposons de preuves irréfutables qu’il s’agissait d’une nouvelle mise en scène, et que les services spéciaux d’un Etat actuellement en première ligne d’une campagne russophobe ont participé à cette mise en scène”, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov.

Il a par ailleurs mis en garde contre une hausse de la pression migratoire sur l’Europe consécutive à d’éventuelles frappes occidendatales. “Même d’insignifiants excès provoqueront de nouvelles vagues de migrants en Europe”, qui peuvent “réjouir ceux qui sont protégés par un océan”, a-t-il dit, en référence transparente aux Etats-Unis. Des conséquences migratoires qui ont un écho en Allemagne : “une continuation de cette spirale (de la violence) amplifierait le problème de la migration”, a déclaré jeudi le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer.

Londres prudent

Le président américain a poursuivi jeudi soir les discussions avec ses alliés, après avoir annoncé à plusieurs reprises en début de semaine des frappes. Il a discuté avec Theresa May jeudi soir, et devait aussi s’entretenir avec Emmanuel Macron, mais cette conversation n’a pas été confirmée. Londres reste prudent sur sa participation à d’éventuelles représailles militaires, préférant s’en remettre à la “coordination d’une réponse internationale” sur une question qui divise profondément l’opinion et la classe politique du Royaume-Uni.

Mme May “a parlé à Donald Trump, elle parle à Emmanuel Macron : il est temps pour elle de parler au peuple britannique”, a écrit l’Evening Standard, le journal dirigé par l’ancien ministre des Finance George Osborne. Jeudi, le président français Emmanuel Macron est resté évasif sur le calendrier d’une éventuelle intervention militaire, tout en assurant avoir “la preuve” de l’implication du régime de Bachar al-Assad dans l’attaque.

La chancelière allemande Angela Merkel a elle jugé “évident” que le régime syrien disposait encore d’un arsenal chimique, tout en soulignant que Berlin ne participerait pas à des actions militaires contre Damas. “Il y a des indices lourds qui pointent en direction du régime syrien” à l’heure de désigner le responsable de l’attaque de Douma, a déclaré vendredi son porte-parole, Steffen Seibert.

Intensifier la concertation

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui doit se réunir lundi, a annoncé que ses experts étaient en route pour la Syrie et commenceraient leur travail samedi. “Toute action ne contribuera qu’à déstabiliser davantage la région”, a averti de son côté Bachar al-Assad, tandis que le président turc Recep Tayyip Erdogan, un autre acteur de la guerre en Syrie, s’est dit préoccupé par le “bras de fer” à l’oeuvre.

“Ne soyons pas surpris si au final la fureur guerrière affichée cette semaine par Trump au sujet de la Syrie se termine par un accord avec la Russie pour serrer la bride d’Assad et suspendre les opérations planifiées sur Deraa et Idleb (dernières enclaves rebelles syriennes, ndlr)”, commentait sur Twitter Nicholas Heras, analyste à la fondation américaine de Jamestown, estimant que toutes ces déclarations serviraient à obtenir une avancée diplomatique. Le président Emmanuel Macron “a souhaité que la concertation entre la France et la Russie se poursuive et s’intensifie pour ramener la paix et la stabilité” après un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine.

Check Also 推荐文章

【国际参考】美国国会被“占领” Le peuple mécontent envahit le Capitole

— 【巴黎】,2021年01月06日,法媒 Comment les mécontents ont accédé au cœur du Capitol ...